Chiffres secteur OPC 3ème trimestre 2017

15/12/2017

Au troisième trimestre 2017, le secteur belge des fonds a enregistré une progression de 4,2 % sous l’impulsion de souscriptions nettes combinées à des hausses de cours des actifs sous-jacents. Fin septembre 2017, l’actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique atteignait 190,0 milliards EUR.

L’actif net des fonds qui investissent principalement en titres à revenu fixe a noté une augmentation de 1,6 % au cours du troisième trimestre de 2017. L’actif net des fonds qui investissent majoritairement en titres à revenu variable, comme les fonds « balanced » et d’actions, a quant à lui progressé de 4,9 % au cours de la même période.

Dans la catégorie des fonds mixtes, les fonds d’épargne-pension ont noté une progression de 0,3 milliard EUR durant la période de juillet à septembre 2017. Ils ont conforté leur record sans précédent, atteignant 19,3 milliards EUR, sous l’impulsion d’une évolution favorable des cours.

Les fonds mixtes ont enregistré la plus grande progression absolue de leur actif net. Ces fonds visent une politique d’allocation active et possèdent une grande capacité de diversification.

Durant le troisième trimestre 2017, les fonds monétaires ont quant à eux noté la progression relative la plus forte en raison de souscriptions nettes.

« Sous l’impulsion de souscriptions nettes combinées à des hausses de cours des actifs sous-jacents, le marché belge des fonds a clôturé le troisième trimestre 2017 sur un record historique. » Marnix Arickx - Président BEAMA

Marché belge des fonds1

Par marché belge des fonds, il faut entendre l’« actif net des fonds de droit belge et étranger commercialisés publiquement en Belgique ». BEAMA fait rapport sur toutes les classes d’actions des fonds publics susceptibles d’être commercialisés en Belgique.

Une enquête de BEAMA indique que l’actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique a augmenté de 7,7 milliards EUR, ou 4,2 %, au cours du troisième trimestre de 2017. Les fonds commercialisés publiquement en Belgique représentaient ainsi 190,0 milliards EUR fin septembre 2017, soit un nouveau record historique pour le secteur belge des fonds.

La progression du marché belge des fonds au cours de la période de juillet à septembre 2017 est à attribuer d’une part à une amélioration de la confiance des investisseurs (se traduisant par des souscriptions nettes positives) et d’autre part à l’évolution favorable des marchés financiers.
Un certain nombre d’éléments macro-économiques doivent notamment être pris en compte : à l’instar des bourses européennes et américaines, le marché belge des actions a eu le vent en poupe au cours du troisième trimestre de 2017. Ainsi, le Bel20, l’Euro Stoxx 50 et le Dow Jones ont clôturé respectivement 5,9 %, 4,4 % et 4,9 % plus haut fin septembre que le trimestre précédent.
Cependant, le bénéfice du marché boursier américain a été partiellement réduit à néant par l'affaiblissement de 3,5 % du dollar américain par rapport à l'euro. L'impact des taux d'intérêt à long terme est demeuré relativement limité au cours du troisième trimestre de 2017. Des hausses sont cependant prévues pour la plupart des taux d'intérêt internationaux à long terme, ce qui pourrait avoir une incidence sur l’évaluation des obligations.

Au cours du troisième trimestre 2017, les fonds d’épargne-pension ont confirmé leur progression des trimestres précédents. Fin septembre 2017, leur actif représentait 19,3 milliards EUR. Ils confortent ainsi leur record sans précédent.

Evolution du marché belge des fonds au cours de la dernière décennie


 

Pourcentage des classes d’action retail2 sur le marché belge des fonds

Fonds investissant principalement en titres à revenu fixe

Dans le groupe des fonds investissant majoritairement en titres à revenu fixe, l’actif des fonds obligataires commercialisés en Belgique a augmenté légèrement de 0,1 milliard EUR, soit de 0,4 % au cours du troisième trimestre de 2017 et représentait ainsi, fin septembre 2017, un montant de 33,5 milliards EUR. Ce mouvement est à attribuer aux hausses de cours des obligations sous-jacentes.

L’actif net des fonds monétaires ou fonds du marché monétaire a enregistré une progression significative de 0,5 milliard EUR, soit de 11,8 %, entre juillet et septembre 2017. Cette évolution est le fruit de souscriptions nettes. A la fin du troisième trimestre de 2017, les fonds monétaires représentaient ainsi un encours commercialisé de 4,5 milliards EUR.

Au total, l'actif net des fonds investissant principalement en titres à revenu fixe a enregistré une augmentation de 1,6 % au troisième trimestre de 2017, atteignant ainsi un actif net commercialisé de 38,0 milliards EUR fin septembre 2017.

Fonds investissant principalement en titres à revenu variable

Dans le groupe des fonds investissant majoritairement en titres à revenu variable (comme les fonds d’actions par exemple), la tendance générale durant le troisième trimestre de 2017 a été à la hausse, hormis pour les fonds avec protection de capital et les fonds CPPI, ce en raison de souscriptions nettes d’une part et de hausses de cours des actifs sous-jacents dans les portefeuilles des fonds d’autre part.

L’actif en Belgique des fonds d’actions a augmenté de 0,6 milliard EUR, soit 1,2 %, entre juillet et septembre 2017. Cette progression est imputable à des hausses de cours notées par les actifs sous-jacents, combinées à l’effet positif des souscriptions nettes. Fin septembre 2017, l’encours des fonds d’actions représentait 54,3 milliards EUR.

Evolution détaillée de l’actif commercialisé au cours de la dernière décennie

La catégorie des fonds mixtes (fonds d’épargne-pension inclus) a noté une forte progression de 7,0 milliards EUR, ou 8,5 %, au cours du troisième trimestre de 2017. L’effet positif des importantes souscriptions nettes a été complété par l’impact positif des hausses de cours notées par les actifs sous-jacents. L'encours commercialisé de ces fonds mixtes s’élevait ainsi à 89,9 milliards EUR fin septembre 2017.

La catégorie des fonds mixtes a connu un succès croissant ces dernières années et, depuis 2015, ces fonds représentent la principale classe d’actifs. Du fait de leur politique d’allocation active, ils conviennent très bien à une politique de répartition des risques en prévision de MiFID II : ils se prêtent parfaitement à un ajustement du produit au profil de risque des clients.

Dans la catégorie des fonds mixtes, les fonds d’épargne-pension ont enregistré une progression durant le troisième troisième trimestre de 2017. Fin septembre 2017, l’actif net des fonds d’épargne-pension représentait 19,3 milliards EUR, soit un nouveau record sans précédent. Durant le troisième trimestre de 2017, les fonds d’épargne-pension ont enregistré des remboursements nets à hauteur de 24 millions EUR. Il est important de noter à cet égard qu’en septembre 2017, il a été procédé pour la troisième fois à la perception accélérée du prélèvement anticipatif (cf. règle des 5 x 1 %)3. Sans cela, les souscriptions nettes auraient été de 65 à 70 millions EUR.

Au troisième trimestre de 2017, les fonds avec protection de capital ont enregistré un recul et représentaient un encours de 7,6 milliards EUR fin septembre 2017. Cette évolution est intégralement imputable à des baisses de cours et à des remboursements nets.

Globalement, l'actif net des fonds investissant principalement en titres à revenu variable a progressé de 4,9 % au cours du troisième trimestre de 2017 et représentait, fin septembre 2017, un encours commercialisé de 152,0 milliards EUR.

Fonds de droit belge

Fonds de droit belge distribués publiquement

Fin septembre 2017, les fonds publics de droit belge représentaient un actif net géré total de 138,9 milliards EUR. Au même moment, les fonds d'épargne-pension représentaient 19,3 milliards EUR de ce total, soit 1/7ème des fonds publics de droit belge.

Le calcul du rendement moyen des fonds d'épargne-pension sur base annuelle au 30 septembre 2017 donne le résultat suivant :

  • A 1 an : +7,6 %
  • A 3 ans : +6,1 %
  • A 10 ans : +3,4 %
  • A 25 ans : +7,1 %

BEAMA a mis au point un tableau de bord des fonds d’épargne-pension qui figure en annexe de ce communiqué. Grâce à ce tableau de bord, on dispose d’un aperçu synoptique, sur une base trimestrielle, des chiffres clés relatifs aux fonds d’épargne-pension du troisième pilier ainsi que de leur évolution.

Fonds institutionnels de droit belge distribués non publiquement

Depuis la publication des AR d'exécution au Moniteur belge du 18 décembre 20074, des véhicules d'investissement peuvent être développés sur mesure pour les investisseurs institutionnels, et ce, sous la forme d’« OPC institutionnels à nombre variable de parts ». Ces fonds institutionnels sont des fonds non-publics qui doivent être déclarés auprès du SPF Finances.

Ces fonds institutionnels ne doivent pas être confondus avec les fonds publics possédant des classes d’actions non retail, qui sont inscrits auprès de la FSMA.

Fin septembre 2017, les 165 compartiments institutionnels de droit belge représentaient un actif net de 17,1 milliards EUR. Ces fonds attirent de nombreux investisseurs institutionnels du fait notamment qu'ils permettent de donner de la consistance aux marchés institutionnels dans le domaine des actifs financiers et de la constitution de pension.

Plus d’informations :

De plus amples informations peuvent être obtenues via la représentation pour BEAMA :

ou via les contacts de presse généraux de Febelfin :

Ces statistiques et d'autres relatives au secteur des OPC sont disponibles sur le site internet de BEAMA (www.beama.be), sous la rubrique « Statistiques».


Conformément à la liste des organismes de placement collectif publics reprise sur le site internet de la FSMA.
BEAMA définit les classes d’actions retail comme étant des classes d’actions susceptibles d’être proposées aux particuliers, étant entendu que l’apport (initial) minimal ne doit pas excéder 100.000 EUR et qu’aucune condition supplémentaire ne peut être imposée par le gestionnaire du fonds. Durant le premier semestre de 2016, des améliorations techniques ont ainsi été apportées aux statistiques de BEAMA.
Le gouvernement a décidé de réduire le prélèvement anticipatif sur les fonds d’épargne- pension de 10 % à 8 %. Dans le même temps, il est prévu une perception accélérée du prélèvement anticipatif. Concrètement, cela signifie qu'en 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019, les titulaires d’une épargne-pension devront payer 1 % au titre de prélèvement anticipatif sur le capital constitué à fin 2014. A l'âge de 60 ans, le solde restant sera perçu.
4 Il existe par ailleurs aussi d’autres fonds non publics placés de façon privée.

Plus sur: