En espèces ou par carte ? Par carte évidemment !

01/12/2017

Les Belges restent des êtres d’habitude, y compris lorsqu’il s’agit de paiements. Nous payons nos gros achats par carte, certes, mais pour les petits paiements, nous restons prompts à ressortir nos espèces.

En dépit des efforts du secteur bancaire belge pour stimuler davantage les paiements électroniques, la disparition des espèces de notre société ne paraît pour l’instant pas concevable.

Même si les paiements électroniques sont plus rapides et plus sûrs.

Le Belge opte pour les espèces

Dans sa grande Enquête 2017 sur les paiements, Bancontact a demandé à 1000 Belges quel était leur instrument de paiement préféré : la carte de débit s’en est sortie haut la main (64 %).

Cependant, dans la pratique, il y a encore beaucoup de marge pour davantage de paiements mobiles et par carte en Belgique. Les leaders en Europe (la Suède ou les Pays-Bas) sont pour l’instant hors de portée. D’une récente étude de la BCE, il ressort que dans 63 % des cas, le Belge effectue ses paiements en espèces, surtout lorsqu’il s’agit d’achats de petit montant, en moyenne même de 12 EUR seulement. Ce n’est que lorsque la facture passe le cap des 40 EUR que nous sommes tentés d’effectuer nos paiements par voie électronique. La BCE estime dès lors que le nombre de paiements sans contact, par carte ou par smartphone, tout au moins pour les petits montants, pourrait augmenter de manière significative si la technologie se répandait à plus grande échelle.

Dans la mesure où ce sont surtout les plus petits paiements qui sont effectués en espèces, nous n’avons pas toujours beaucoup d’argent liquide en poche. Selon l’étude de la BCE, le montant moyen serait de 58 EUR. C’est surtout la jeune génération qui emporte peu d’espèces, ainsi que le montre à nouveau l’enquête de Bancontact. 77 % des 18-34 ans dans notre pays déclarent n’avoir souvent que « peu voire pas d’argent liquide en poche ». Chez les autres générations (35-54 ans et plus de 55 ans), les chiffres s’érodent pour tomber respectivement à 64 et 67 %.

Nouvelles méthodes de paiement

Lentement mais sûrement, les nouvelles formes de paiement (paiements mobiles et sans contact) gagnent du terrain. Selon Bancontact, le Belge s’est mis, en trois ans de temps, à payer plus souvent de manière mobile : 54 % des gens possédant un smartphone paient désormais moins en liquide qu’il y a trois ans et 76 % règlent plus souvent leurs paiements via une app.

Le Belge s’attend en outre à ce que cette tendance se poursuive. Plus de la moitié des personnes interrogées estiment que dans les prochaines années, nous paierons plus souvent de manière mobile, ce, au détriment des espèces. 3 personnes sondées sur 10 s’attendent même à ce que les espèces disparaissent pour de bon dans les 10 années à venir.

La BCE réfute toutefois la perception selon laquelle les espèces seront rapidement remplacées par de nouvelles formes de paiement virtuelles. Avec une part de marché de 1,8 % pour cent, les paiements sans contact restent par exemple toujours un phénomène marginal dans notre pays.

Less cash society

La question pour l’avenir : la société belge deviendra-t-elle la prochaine société moins liquide et paierons-nous prochainement aussi les plus petits montants par voie électronique ? Ou resterons-nous attachés aux paiements en espèces ? 

Une chose est sûre, aujourd’hui nous évoluons d’ores et déjà vers une less cash society. Les avantages d’un tel système sont d’ailleurs légion.

Les paiements électroniques sont rapides, facile et sûrs. En cas de perte ou de vol, on peut faire bloquer son compte immédiatement. Moins d’espèces cela signifie aussi moins d’attaques, car les banques échangent moins d’argent au guichet, mais aussi parce que les commerçants ont beaucoup moins d’encaisse.

Par ailleurs, les espèces coûtent énormément à la société. Elles doivent être imprimées, comptées, distribuées et contrôlées, retirées de la circulation en cas de détérioration, déplacées via des transports de valeurs hautement sécurisés, ... Avec les paiements électroniques, tous ces coûts n’existent pas.

Les paiements sans espèces offrent donc de très nombreux avantages aux entreprises, aux indépendants, aux banques et aux consommateurs.

Pour plus d’informations

Vous trouverez les études de la BCE et de Bancontact dans la rubrique « In depth » sur le site de Febelfin :

Plus sur: