Négociations relatives au Brexit : en route vers la prochaine phase

08/12/2017

L’Union européenne et les Britanniques sont parvenus ce matin à une avancée dans les négociations relatives au Brexit. Si le Conseil de l’Europe donne son feu vert le 15 décembre prochain, la deuxième phase des négociations pourra être entamée.

Accord sur trois points de blocage

Ce matin, on a pu observer une fumée blanche sortant du camp des négociateurs du Brexit. Ceux-ci sont, dans les grandes lignes, parvenus à un accord sur :

  • les droits des citoyens de l’UE au Royaume-Uni et des citoyens britanniques dans l’UE;

  • la frontière entre le Royaume-Uni et l’Irlande;

  • la facture à payer par les Britanniques pour leur départ de l’UE.

Droits des citoyens

Après le Brexit, les citoyens de l’UE devraient pouvoir continuer à vivre de la même manière qu’avant au Royaume-Uni : leur droit d’y vivre, d’y travailler et d’y étudier resteront garantis. Il en ira de même pour les citoyens du Royaume-Uni dans l’UE. Il se dit aussi que les procédures administratives "resteront simples et pas chères".

Frontière Irlande du Nord – Irlande

Concernant la frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande, laquelle reste dans l’UE, les informations demeurent vagues. Officiellement, il semblerait que le Royaume-Uni reconnaisse la situation unique de l’île irlandaise et ait pris “certains engagements” pour éviter une frontière dure avec des postes frontières.

Régime financier

La facture que les Britanniques paieront pour leur départ n’est pas encore très claire. Il s’agirait d’un montant de 50 milliards d’euros. La Commission déclare que le Royaume-Uni respectera les conventions passées, y compris au-delà de 2020.

Les trois points précités seront retravaillés dans les prochains mois et versés dans un withdrawal agreement.

Le démarrage de la nouvelle phase de négociation est imminent

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, déclare que des progrès suffisants ont maintenant été enregistrés pour pouvoir entamer une nouvelle phase dans les négociations. Si le Conseil de l’Europe valide le constat de la Commission le 15 décembre, les deux parties pourront entamer de nouvelles discussions sur la période de transition et le nouvel accord commercial.

Cette avancée est aussi une bonne nouvelle pour la Belgique

Febelfin se félicite d’ores et déjà de cette nouvelle positive, mais constate également que les négociateurs ont encore un long chemin à parcourir. Il faudra par exemple apporter au plus vite des clarifications sur une éventuelle période de transition et concernant le nouvel accord commercial.

Nous ne manquerons pas de suivre les évolutions la matière. Le Royaume-Uni est en effet un partenaire commercial très important de la Belgique. Un Brexit dur aurait eu des conséquences désastreuses pour l’économie belge, et donc aussi pour notre secteur financier.

Un Brexit dur est clairement à éviter, mais que doit en fait espérer la Belgique ? Elle doit pouvoir compter sur un accord qui limite autant que possible les conséquences économiques, qui soit défendable pour toutes les parties et qui n’anéantisse pas les avantages du marché interne.

Plus sur: