Brexit – un bienfait potentiel pour la Belgique

Le Brexit n’est pas une abstraction. Les enjeux sont majeurs, surtout pour la Belgique. Compte tenu des étroites relations commerciales entre notre pays et le Royaume-Uni, l’économie et les citoyens belges sont plus fortement exposés aux conséquences du Brexit que ceux de beaucoup d’autres pays européens. 

L’impact concret sur l’économie belge dépendra dans une large mesure de deux facteurs. Le premier de ces facteurs est la forme concrète que prendra le Brexit. Hard ou soft ? Un accord de transition sera-t-il prévu ? Ou des restrictions au niveau commercial ? ... Si les hommes politiques belges ne peuvent guère influer sur cet aspect par le biais de la scène européenne, ils ont revanche la maîtrise de l’autre facteur : comment la Belgique anticipe-t-elle la scission imminente ? Comme peut-elle se mettre à l’abri des conséquences fâcheuses ?

La tâche n’est pas facile, certes. La Belgique ne risque pas seulement d’être affectée dans ses importations et ses exportations : ses activités économiques actuelles sont elles aussi en jeu. C’est ainsi que plusieurs institutions financières évaluent actuellement leur présence en Belgique à la lumière du Brexit.

Le Brexit, un catalyseur

Il y a malheureusement différents éléments qui réduisent l’attrait de la Belgique en tant que lieu d’implantation : le fossé salarial par rapport aux pays voisins, le niveau élevé de l’impôt des sociétés, les embouteillages permanents, une fiscalité qui devient progressivement un labyrinthe que ne renierait pas Dédale et d’énormes taxes bancaires en guise de cerise sur le gâteau.

La facture risque ainsi de grimper pour notre pays. Or, il ne faut pas que ce soit le cas. Le Brexit devrait au contraire être le catalyseur permettant de juguler ces faiblesses structurelles. Il serait remarquable que nous puissions un jour regarder en arrière et faire le constat que le Brexit a été la crise dont la Belgique a su tirer parti pour booster son attractivité et sa compétitivité.

Investir dans la mobilité, mettre au point une fiscalité simplifiée, développer un cadre légal stable, assurer une connectivité numérique améliorée à Bruxelles, etc., constitueraient autant d’impulsions pour l’économie belge.

Les atouts belges

Par ailleurs, les autorités belges doivent œuvrer à brève échéance à un plan Brexit coordonné, cohérent et bénéficiant d’une solide visibilité.

La Belgique possède différents atouts qu’elle peut jouer afin d’attirer de nouvelles activités : elle occupe une situation centrale incomparable en Europe et est la capitale de l’Union européenne, elle est un centre de connaissances en matière d’infrastructures de marché et de paiements, elle dispose d’espaces de bureau et de logement suffisants; elle peut aussi offrir une bonne qualité de vie, et un écosystème fintech ambitieux en plein essor. De nombreux pays nous envient en outre aussi les institutions internationales que nous hébergeons, comme Euroclear, SWIFT et BNY Mellon. Nous pouvons à juste titre nous féliciter de posséder ces précieux atouts.

Avec un plan sans équivoque, une solide efficacité et une communication claire, la Belgique peut effectivement convertir le Brexit en une réussite personnelle. Profitons pleinement de l’opportunité qui s’offre à nous !

Yannick Adriaenssens, Senior Officer Economic Affairs & Communication @Febelfin