La quête permanente d’équilibre

Cette année, cela fait environ 7 ans que la crise financière a éclaté dans toute son ampleur. Notre secteur a aujourd’hui changé et peut porter un regard neuf sur cette période, tout en regardant franchement vers l’avenir. Tout tient en un seul mot : équilibre.

Le secteur financier se veut un secteur stable et durable au service de l'homme, de la société et de l'économie. Cependant, il est aussi important que le secteur soit perçu comme tel. Aussi devons-nous demeurer à l’écoute des citoyens, des hommes politiques, des partenaires sociaux...

Nous devons prendre le pouls de la société et, en tant que partenaire, percevoir ses ressentis. Comme je l’ai dit : « un bon banquier a la tête froide et le cœur chaud ». Certes, l’activité bancaire relève pour une part du chiffre et de l’analyse objective mais, en tant que banquier, nous devons essayer de percevoir la réalité que couvrent les chiffres.

Etre attentif à tous

Le secteur financier a aujourd’hui affaire à une société toujours plus « responsable », dont les attentes et exigences sont plus affirmées. En tant que secteur, notre défi permanent est aussi d’être à l’écoute non seulement des actionnaires, mais aussi de toutes les parties prenantes : citoyens, hommes politiques, ONG... Tout en restant bien évidemment attentifs à la finalité de la réglementation et à la mission des instances de contrôle.

S’inscrire dans la révolution numérique

Notre époque est marquée par l’une des évolutions majeures de ces dernières décennies. Le critère d’une agence bancaire physique évolue vers une dimension supplémentaire où les services bancaires sont disponibles en ligne 24/24h et 7/7 jours. 

Cette révolution numérique aura un impact profond sur les produits comme sur les services proposés par le secteur et marquera un tournant irréversible pour la société et l'économie. Trouver un juste équilibre entre les deux versants de l’activité bancaire, physique et en ligne, constitue un défi sans précédent.

En tant que fédération sectorielle, nous tâchons de jeter des ponts entre nos membres et le monde politique, la société au sens large… Nous veillons à concilier les aspirations et les besoins de chacun de ces maillons. Il va sans dire que notre rôle d’intermédiaire requiert la diplomatie nécessaire et un équilibre naturel nous permettant d’être reconnus par tous comme un partenaire. Ensemble, nous continuerons à bâtir le secteur financier de demain!

Michel Vermaerke,

Administrateur délégué de Febelfin