n° 06 - décembre 2015

  • n° 06 - décembre 2015

    On dit souvent que les jeunes entreprises en pleine croissance ont peu accès au capital à risque dans notre pays. Est-ce réellement le cas ? Et si oui, pourquoi ? Quelles sont les autres solutions ? 360° a interrogé Renaat Berckmoes (Fortino Capital), Sophie Manigart (Vlerick Business School et Universiteit Gent), Pieter Timmermans (FEB) et Marc Moonens (BNP Paribas Fortis). « Les crédits bancaires resteront pour 90 % des entreprises la seule source de financement. » 

  • n° 06 - décembre 2015

    Offrir une finance de qualité à de bons projets, tel est l’objectif du secteur financier. Néanmoins, lorsque ces projets concernent des entreprises jeunes et prometteuses, le crédit bancaire n’est pas toujours la forme la plus adaptée pour financer leur lancement. Par ailleurs, la cotation en bourse ou l’émission d’obligations d’entreprises ne sont pas toujours conseillées pour des sociétés - souvent de petite taille ou à la rentabilité limitée. Le financement par le capital à risque peut, dans ce cas, se révéler incontournable. 

  • n° 06 - décembre 2015

    En Belgique, le capital à risque suscite nettement moins d’engouement que dans le reste de l’Europe. Dans notre pays, le capital à risque n’a ainsi représenté, entre 2008 et 2014, que 0,09% du PIB.

  • n° 06 - décembre 2015

    Cette lettre d’information numérique existe également en version PDF.